L’Obésité en France

0
1444

L’obésité et le surpoids ont longtemps été associés aux pays développés. Ce sont désormais 2,1 milliards d’individus qui sont concernés, l’étude du McKinsey Global Institute publiée en novembre 2014 n’étant guère rassurante avec la moitié de la population mondiale en surpoids à l’horizon 2030.

Pour ce qui est de la société française, l’obésité touche 15 % de la population adulte, 30 % étant considérée en surpoids. La situation n’est guère plus enviable pour les enfants avec 18 % présentant un surpoids et 3,5 % en état d’obésité.

– Des causes nombreuses et multifactorielles
Pour 70 % des obèses, il s’agit d’un facteur génétique plus qu’alimentaire avec au moins un parent confronté au même problème. L’obésité peut également être provoquée par le dysfonctionnement du métabolisme entrainant une malnutrition.
D’autres causes d’obésité sont le stress, une vie sédentaire associée à des mœurs alimentaires inadaptées et un manque d’activités physiques.

– Des conséquences désastreuses
Si devoir supporter les regards moqueurs est désagréable l’enfant ou l’adulte obèse, cet aspect psychologique est très loin d’être la seule conséquence.
Un indice de masse corporelle élevé (IMC) augmente les risques cardio-vasculaires, la hausse du taux de diabète et l’apparition certains cancers.
Les os et les articulations payent un lourd tribut à tout âge, avec un risque supplémentaire pour les personnes âgées souffrant d’ostéoporose.

– La solution : prendre conscience de l’étendue du problème
Comment empêcher que la société française devienne obèse par malnutrition ? Les causes étant multiples, le traitement adapté ne peut intervenir qu’après un dépistage personnel devant être le plus précoce possible. L’information et l’éducation jouent un rôle majeur, qu’il s’agisse du milieu médical, scolaire, professionnel ou associatif. Il revient également aux médias d’informer avec pour objectif d’inciter le public à modifier certaines mœurs.

Redéfinir la notion de malnutrition et ses conséquences est aujourd’hui indispensable pour y associer ensuite l’éducation alimentaire adaptée.