Fanswa Ladrezeau fait carton plein à l’émission The Voice

0
2436

Le Gwoka a résonné dans les studios de TF1 en prime time par la main de l’un de ces illustres représentants. Le musicien et chanteur talentueux Fanswa Ladrezeau à séduit l’ensemble des jurés par sa prestation, le 23 mars 2019. L’émission était suivie par 4.95 millions de spectateurs.

Dès le plus jeune âge, le tambouyé a succombé à l’appel du tambour Ka.  Son style et son écriture sont empreints de militantisme et ses interprétations convient la mémoire, l’hommage aux aînés comme aux ancêtres. Aujourd’hui, le gwoka est inscrit au patrimoine immatériel de l’humanité par l’UNESCO.  Ladrezeau est un acteur majeur de la musique locale qui participe au rayonnement de celle-ci à l’international.

Des jurés sous le charme du ka

Fanswa est venu représenter les Antilles, accompagné de son Ka. Au quotidien, dans les rues de Pointe-à-Pitre, cet artiste chante et joue du Ka, un instrument à percussion, pour perpétuer la tradition. Fanswa a fait 8000 kilomètres pour participer à The Voice et espérer convaincre les coachs avec son art. Fanswa a amené l’âme de la Guadeloupe en chantant lors des septièmes auditions à l’aveugle lors du show. Et il a fait carton plein! JeniferSopranoMika et Julien Clerc se sont retournés, conquis par son tambour et sa voix. Et c’est Soprano qui intègre toute la positivité du percussionniste dans son équipe.

Une prestation marquante

Même s’ils n’ont rien compris à ce qu’il chantait. Signe de la force de la musique qui transcende les barrières de la langue. Derrière eux arrive sur scène un homme à la longue barbe qui prend place derrière un large tambour. « Nos ancêtres ont eu la fabuleuse idée de transformer le tonneau de vin en instrument spirituel« , dit-il de son ka.

J’ai senti l’âme de ce que tu chantais

« En Guadeloupe, je prends mon tambour tous les matins, je descends dans les rues de Pointe-à-Pitre et j’essaie de faire plaisir aux gens, de partager des émotions. Pour moi, c’est un devoir de perpétuer cette musique, musique de joie et d’amour qui est l’âme du peuple guadeloupéen« , raconte-t-il. À peine a-t-il entendu quelques notes de sa voix rauque que Soprano se retourne. « J’étais obligé de répondre à l’appel, j’ai senti l’âme de ce que tu chantais« , affirme le Marseillais.

Gwoka, héritage de l’Afrique

Sa prestation parle particulièrement à Julien Clerc, dont le grand-père était aussi guadeloupéen. « C’est le cousin lui« , s’amuse le talent à l’attention du coach. L’interprète de « Ma préférence à moi » se dit « heureux et fier que celui qui représente la Guadeloupe ce soir dans cette émission nous fasse quelque chose de véritablement ethnique« . « On entend dans votre prestation le legs qu’a fait l’Afrique aux Antilles françaises. C’est beau, je crois, pour la France d’avoir aujourd’hui entendu cette musique-là qui vient des esclaves. Vous êtes un héritier de ça et vous parlez à la mémoire de notre pays et votre île« , ajoute-t-il.

Relire l’article : Festival Eritaj, une 4ème édition sous le signe de la « Rezistans »

Le Gwoka entre à The Voice

Ainsi, Fanswa Ladrezeau s’est appuyé sur le proverbe « en ka pwen pin en mwen en pwémié boulangerie » (je prends mon pain dans la première boulangerie,ndlr) pour faire son choix. Ce qui correspond dans cette situation au premier juge qui s’est retourné. C’est donc vers Soprano qu’il porte son choix. C’est le début d’une nouvelle aventure musicale pour Fanswa. Nous espérons qu’elle se terminera au sommet.