Timoun aw, Vanille, Mortenol des productions audiovisuelles made in Guadeloupe de qualités

0
1068

La Guadeloupe a longtemps été considérée comme une destination ayant pour but de servir de décor pour les créations cinématographiques. Aujourd’hui, la situation s’inverse avec l’émergence de réalisateurs originaires de l’archipel. Les courts métrages Timoun aw, Vanille, Mortenol usent de l’île en toile de fond, mais elles incorporent des sujets qui correspondent à la culture et à la société guadeloupéenne.

Timoun aw

Cette fiction de 28 min nous dévoile les péripéties d’un jeune homme évoluant dans l’univers de la rue entre débrouille et survie. Un événement marquant viendra chambouler cette existence pour peut-être conduire notre héros vers une existence plus lumineuse.

https://www.facebook.com/suduconnexion/videos/940197043159371/

Alors qu’il est poursuivi, Chris découvre sur son palier un bébé qui semble lui être destiné. Doutant de sa paternité, il se lance à la recherche de la mère de l’enfant. Le court métrage a reçu le prix Jeunes Talents France Télévisions.

Lire notre article : La série Death in Paradise rapporterait 6 millions d’euros à la Guadeloupe

Mortenol

Dwayne, 13 ans, habite la cité « Mortenol » à Pointe-à-Pitre où il vit seul avec son frère Temmy. C’est un quartier « chaud » aux immeubles décatis. À l’instar des autres zones insalubres de la ville, le « dif », nouvelle drogue importée de l’Hexagone transforme les camés en chiens le temps d’un shoot. La réalisation de Julien Silloray est lauréat du Festival Prix de Court.

« Nous avons tourné à Mortenol, une cité célèbre en Guadeloupe, qui symbolise toutes les autres même si elle est réputée être la plus violente. En fait, c’est une cité comme les autres, avec ses problèmes sociaux, mais loin du ghetto dangereux que tout le monde s’imagine. Au début de l’écriture, il y a le désir de tourner un film à Mortenol avec des adolescents de ce quartier, sur une histoire inspirée d’un fait divers récurrent en Guadeloupe. »
Pour le réalisateur cette cité évoque un contexte colonial : « la différence essentielle tient à la situation (néo) coloniale de la Guadeloupe : ces cités sont le symbole d’une domination, il n’y habite aucun blanc. »

Vanille

Et si nos contes et légendes prenaient forme ? C’est le pari de Guillaume Lorin réalisateur et scénariste du film Vanille. Une création qui met en scène une jeune fille téméraire à la découverte de ses origines. Un court métrage d’animation qui touche au patrimoine et au mysticisme de l’île.

Pour en savoir plus lire : Vanille un film d’animation réalisé par Guillaume Lorin