Un projet qui se concrétise dans le but de développer et promouvoir l’agriculture guadeloupéenne.

Afin de promouvoir la structuration du secteur agricole, l’exécutif régional s’est engagé à créer le grand Marché d’Intérêt Régional (MIR), qui vise à encourager le développement d’une agriculture diversifiée capable de contribuer à l’alimentation saine des Guadeloupéens. Ce projet fait partie des projets structurants retenus par la Collectivité régionale au sein de son nouveau Plan pluriannuels d’investissements (PPI).

Pour relire notre article sur PAWOKA lance son marché « Lokal » à LAKASA

Le MIR à Baie-Mahault un projet de 6 000 000 M€

Évalué à 6 M€, le terrain qui portera le MIR est déjà identifié avec la ville de Baie-Mahault, sur un foncier de 2,6 hectares, dans le prolongement de Gourdeliane. Le choix de lieu s’est opéré dans une logique d’aménagement de « Continuum », adossé à des structures majeures du monde agricole que sont le lycée agricole, la chambre d’agriculture et la Maison Régionale des organisations professionnelles de l’Agriculture (MAROPA) pour lequel un marché d’œuvre est déjà lancé. La réalisation d’un ouvrage est prévue entre ce terrain et le vélodrome afin de mutualiser le parking et de préserver la zone naturelle.

Mais qu’est-ce qu’un MIR ?

Le code du commerce définit les MIR (ou MIN) comme « des services publics de gestion de marchés, dont l’accès est réservé aux producteurs et commerçants qui contribuent à l’organisation et à la productivité des circuits de distribution des produits agricoles et alimentaires, à l’animation de la concurrence dans les secteurs économiques et à la sécurité alimentaire des populations ».

Les opérateurs présents sur un MIR sont des grossistes, des producteurs agricoles ou des importateurs. Les clients sont des détaillants sédentaires ou non, des restaurants privés ou collectifs, des comités d’entreprise et de manière exceptionnelle, des centrales d’achat de la grande distribution. L’objectif de l’instauration d’un marché de gros a pour but de contribuer par la transparence des transactions à maintenir ces producteurs contraints de vendre à bas prix leur production à des revendeurs sans aucune connexion avec l’offre et la demande.

Une étude préalable menée

Selon l’étude préalable menée par le Cabinet SEP OLINAGON, il ressort succinctement les points suivants :

  • L’implantation d’un MIR en Guadeloupe est une demande des professionnels,
  • Le M.I.R est perçu comme un symbole d’une évolution qualitative de l’agriculture Guadeloupéenne,
  • Le MIR apparaît comme l’élément déclencheur d’une évolution qualitative qui devra se révéler déterminante pour l’avenir du territoire. De ce fait, la création du marché pourrait permettre d’initier des dynamiques de changement sur le long terme, mais dont il serait le tremplin ou la pierre angulaire initiale,
  • Le Marché d’Intérêt Régional doit permettre la modernisation et la structuration de la profession ainsi qu’une garantie de qualité en lien avec les problématiques de préservation de la santé des populations.

Ce projet aura-t-il l’impact escompter sur notre agriculture, les citoyens, notre alimentation et notre santé? Laissons à ce projet le soin de s’installer et se développer dans le temps pour en juger.

2 Commentaires