Deux Lamantins au Lamentin

1
2976

La Guadeloupe sous les projecteurs pour la première réintroduction d’un mammifère à l’échelle planétaire, le Lamantin. 

 « Disparu au début du 20e siècle dans les Petites Antilles et dans plusieurs pays de la Caraïbe en raison des activités humaines », cette réintroduction arrive 100 ans plus tard.

Un projet de longue date

Le projet de réintroduction du Lamantin mené par Le Parc National de la Guadeloupe se concrétise et s’enclenche avec l’arrivée en début de semaine de deux mammifères en provenance du Zoo de Singapour. Après 8 ans de préparation, deux jeunes mâles Kai et Junior en excellente santé ont été sélectionnés. Arrivés par cargo, ils furent conduits au centre d’élevage de Blachon du Lamentin en zone de quarantaine.

Une période d’acclimatation essentielle

Les animaux auront besoin de calme et de sérénité. Ils seront sous l’étroite surveillance des soigneurs. Il faut rappeler que le centre d’élevage n’est pas un lieu ouvert au public, les animaux auront besoin du plus grand calme et notamment pendant cette période. Les bruits et les mouvements devront être limités pour ne pas stresser les animaux. Cette mesure doit aussi permettre à l’équipe encadrant de travailler sereinement dans le respect des règles de sécurité.
manatee
Une espèce en danger

Surnommé « la vache des mers », car étant un herbivore inoffensif, il se retrouve aujourd’hui sur la liste rouge des espèces menacées. « Seuls 20 États de la grande région Caraïbe en comptent actuellement. Les mesures de conservation existantes s’avèrent insuffisantes pour enrayer le déclin de l’espèce ».

Ce projet vise donc l’amélioration de la conservation des Lamantins, l’expérimentation de la première réintroduction à l’échelle mondiale, l’encouragement des efforts dans d’autres territoires de la Caraïbe et la réaffirmation d’une partie marquante dans la culture et l’imaginaire populaire « Manman D’lo », un personnage bienfaiteur dans les contes et légendes créoles.

Le Parc National devrait accueillir une quinzaine d’individus de différentes sources géographiques dans les années à venir avec une majorité de femelles. « À terme, les Lamantins nés au centre d’élevage avec un fort potentiel pour être relâchés seront introduits dans le Grand Cul-de-Sac Marin ». Nous leur souhaitons un bon retour au pays.

Source : guadeloupe-parcnational.fr