Le lundi 20 février 2017, l’État, la Région, le Département, la SICAMA et la SRMG ont signé la nouvelle Convention préservant l’usine sucrière et la filière canne de Marie-Galante.

Cette convention, en prévoit le versement rapide des aides publiques de l’État et de la Région à la SRMG (Sucreries et Rhumeries de Marie-Galante). Elle permet le lancement de la récolte sucrière et, au-delà, la pérennisation de la filière canne et de ses nombreux emplois à Marie-Galante.

Une convention qui rassure les planteurs 

Cette filière a su se réformer et démontre, cette année notamment, le savoir-faire des planteurs avec une récolte 2017 qui s’annonce très bonne. Il faut aussi rappeler l’impact économique de cette activité à Marie-Galante.

Ce sont 20 Millions d’euros qui sont versés chaque année à la filière au titre du premier pilier de la Politique Agricole Commune. Il faut ajouter les efforts d’investissements des planteurs et de l’usinier qui bénéficient aussi d’un soutien supplémentaire de l’État et des collectivités.

Cette signature était l’occasion de rappeler que l’ensemble des signataires de la précédente convention de 2012 et en particulier l’État, la Région, le Département et la Communauté des communes avaient déjà pour objectif de soutenir le projet de central thermique.

En effet il fallait permettre à cette central adossée à l’usine sucrière d’être dimensionnée aux exigences de sa modernisation et, en particulier, à sa mise aux normes environnementales. Depuis 2012, cet engagement a été plusieurs fois renouvelé.

Marie-Galante « île durable »

Les pouvoirs publics réaffirment qu’il n’y a aucune incompatibilité entre le projet d’avenir de l’usine sucrière de Marie-Galante et la démarche « Marie- Galante, île durable » qu’ont choisis les élus de Marie-Galante.

Ils souhaitent que les discussions se poursuivent au niveau local afin de rechercher les voies et les moyens de réduire au maximum la biomasse importée, nécessaire au fonctionnement de la centrale thermique, conformément aux termes de la nouvelle convention signée ce lundi.

Marie Galante est en route vers la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE). La PPE souligne clairement que l’utilisation de la Biomasse locale doit être impérativement privilégiée.

Marie-Galante dans ce cadre global, peut très rapidement devenir complètement autonome en matière de consommation d’électricité. Il est parallèlement réaliste d’envisager que l’ensemble du parc de véhicules légers (automobiles, scooters) de Marie-Galante puisse basculer progressivement, avec une échéance à moins de 10 ans, vers des véhicules électriques.

 

1 COMMENT