Du savoir-faire à la manifestation populaire, les Yoles traversent le temps.

En ce moment se déroule le 32ème tour des Yoles, cette compétition à lieu du 31 juillet au 7 août. En 1966 avait lieu le premier tour. Au bout de 50 ans ce tour est devenu l’une des manifestations les plus populaires de l’île. Sa dimension sportive, touristique, culturelle et ses répercussions en font un événement incontournable.

T photography / Shutterstock.com
T photography / Shutterstock.com

Les pêcheurs de la Martinique utilisaient le gommier pour concevoir leur embarcation du même nom. La surexploitation de l’arbre conduisit à une pénurie. C’est dans les années 40 qu’une solution définitive fut trouvée. La Yole que nous connaissons actuellement s’inspire de la conception du gommier et de la Yole européenne. Devenant ainsi un bateau léger pouvant naviguer à 1 ou 2 voiles.

A l’époque les pécheurs se lançaient des défis, le dernier qui revenait sur la cote perdait le fruit de sa pêche. Au cours des années qui suivirent, des courses sauvages furent organisées le dimanche. Le spectacle que procurait ces courses était très apprécié de la population. Elle intégra les fêtes communales du François du Robert et du Vauclin. Cette expansion de la Yole était soutenue par de nombreux bienfaiteurs.

En 1984 est apparue l’association Société des Yoles Rondes de la Martinique régissant la pratique. Avec le temps la Yole est devenue un objet d’art unique en son genre de par sa conception. Durant la semaine de course la population de l’île partage un moment de communion intense permettant durant quelques jours aux martiniquais de renouer le contact avec leur tradition.

Les équipages sont constitués en association. Pour préparer leurs courses elles font appel à des dons et des partenaires. Ces derniers se voient proposés des outils de communication intégrés à l’embarcation : voile, coque, tenue des équipiers.

La relève est assurée avec la création d’écoles de voiles traditionnelles. Ainsi on retrouve une section de Bébé-Yoles dont le but est d’initier les jeunes à l’apprentissage de la discipline.

1 COMMENT