Fire Emblem Fates

2
2258
Fire Emblem Fates 3DS

PEGI 12 – Mai a signé la fin d’une longue et difficile attente : le dernier opus de la série est enfin arrivé en Europe. Avec plus de 100 heures de jeu au compteur, Guadeloupe Actu vous présente la saga et vous donne son avis sur Fire Emblem Fates.

La saga Fire Emblem

Fire emblem est un Tactical RPG (T-RPG) développé par Intelligent System et édité par Nintendo.

Principes de base

Le joueur mène une armée, et fait progresser ses unités sur une sorte d’échiquier (map) pour affronter l’ennemi, au tour par tour. Chaque type d’unité peut se déplacer d’un nombre spécifique de cases. Celles à pieds par exemple, ont une distance en cases à parcourir à chaque tour plus réduite que les unités à cheval ou celles à dos de dragons. Lorsqu’une unité se retrouve sur une case adjacente à celle d’une unité ennemie, elles peut l’affronter ou se faire attaquer.

IMG_2039
Zone de déplacement d’une unité

Il existe plusieurs types d’unités, évoluant par niveaux et classes. Chacune a ses spécificités et peut manier un ou plusieurs types d’armes. Plus une unité vainc d’adversaires, plus son niveau, sa maîtrise d’armes, et ses caractéristiques (force, vitesse, chance, technique, résistance, défense etc.) augmentent. Chaque personnage progresse à sa vitesse : certaines demanderont beaucoup de temps avant de devenir de bons guerriers. Un bon tacticien veillera à faire évoluer un maximum d’unités afin d’arriver en fin de jeu avec une armée puissante (et complète).
Au fur et à mesure du jeu, vous recruterez de nouvelles unités, pour agrandir votre armée.

Fire Emblem Fates - Map Conquete
Affrontement

Le jeu s’organise en chapitres, il faut remporter la victoire pour passer au chapitre suivant. Les conditions de victoires sont variées : il peut s’agir de survivre un nombre de tours donné, de défendre vos positions, de vaincre le boss, de sauver une unité, de démasquer un traître, de décimer l’ennemi…
A la fin du chapitre (sauf les derniers) vous rentrez à la base pour gérer votre inventaire et votre armée (armes, bâtons, objets, liens entre les unités, points d’expérience).

L’archétype du tactical RPG

Fire Emblem est LE tactical RPG de référence depuis son premier opus sorti en 1990 sur Famicom.
Ce n’est pas seulement le premier jeu du genre, c’est aussi et surtout le jeu qui a établi de nombreuses règles de bases reprises dans tous les RPG sortis depuis. La saga a su se tailler une solide réputation grâce à ses nombreux points forts :

  • un système de combat complexe et un niveau de difficulté élevé, en partie dû à des intelligences artificielles efficaces qui rendent chaque partie unique : la mort saura toujours surprendre un joueur peu méticuleux, là où il s’y attendra le moins. Impossible donc de gagner sans élaborer de stratégie.
  • des scénarios de guerre épiques
  • de nombreuses unités jouables
  • la Permanent Death, marque de fabrique du jeu : une unité tombée au combat ne pourra plus être utilisée**
  • des possibilités de sauvegarde réduites en cours de chapitre, qui poussent les puristes a faire un reset à chaque perte d’unité…

** sauf à de très rares occasions, comme avec le bâton d’Aum ou le bâton Walkyrie qui permettent de ressusciter un personnage dans certains opus; ou encore des unités comme Soren et Titania dans Fire Emblem Path of Radiance qui peuvent, même perdues réapparaître dans les cinématiques et dialogues.

Une diffusion tardive en Europe

Malheureusement pour nous, fans occidentaux, Fire Emblem a mis du temps à pénétrer sur notre marché. Beaucoup d’européens ont d’ailleurs découvert certains personnages du jeu pour la première fois dans Super Smash Bros Melee (Gamecube) en 2001. Il faudra encore attendre 3 ans pour voir Fire Emblem sortir sur nos GBA (7ème opus de la franchise au Japon), suivi peu après par The Sacred Stone (2005). Une introduction qui a permis la même année à Path of Radiance de faire sa percée en Occident avec la Gamecube. Radiant Dawn, sa suite directe, sortira en (2008) avant que la franchise ne s’installe sur la console portable de Nintendo avec Shadow Dragon puis Awakening (2013) et enfin cette année avec Fates.

Fates

Le dernier né de la saga est composé de 3 épisodes, 3 trames scénaristiques différentes d’une même histoire. Fire Emblem Fates promet donc de looongues heures de jeu.
Oui, il y a eu des compromis, mais Intelligent System n’a pas oublié les premiers fans de sa saga légendaire et propose dans cet opus des options pour tous les types de joueurs. Des aménagements de gameplay qui permettent à Fire Emblem d’agrandir considérablement son public, et d’assurer à ses premiers fans des suites diffusées dans le monde entier. Qu’on se le dise, Fates a de quoi ravir autant les novices que les fans.

Les modes de jeu et options disponibles

niveaux de difficultés

Normal : pour les débutants
Difficile : pour les habitués de Fire Emblem et ceux qui aiment mettre en place des stratégies complexes
Expert : pour les puristes qui ont soif de challenge

modes de jeu

Phénix : les unités perdues reviennent rapidement
À réserver aux débutants qui veulent progresser aisément dans le jeu.
Débutant : les unités ressuscitent en fin de chapitre
Une autre alternative pour les débutants qui souhaitent augmenter légèrement la difficulté du jeu sans grandes contraintes.
Classique : une unité perdue l’est pour de bon
La seule et unique façon de jouer à Fire Emblem pour les fans de la série et les hardcore gamers de la saga.

My Castle

Grande nouveauté de Fates, la base est remplacée par « My Castle », un sanctuaire protégé dans une autre dimension ou vous pourrez gérer vos unités et votre armement entre deux combats, sous la protection de votre dragon astral Lilith. Vous pourrez visiter les châteaux d’autres joueurs en ligne, y récupérer des ressources et les affronter.

Fire Emblem Fates - My castle
My Castle

Principales options disponibles au château :

Liens
Le principe du mariage et des enfants est repris dans Fates. Faites combattre vos unités côte à côte pour développer leurs liens sociaux. Plus leurs liens sont forts plus ils seront efficaces en équipe et se soutiendront en combat. Dans votre château, vous pourrez gérer ces relations et les faire passer du niveau C au niveau S pour les unir et voir certaines unités avoir une descendance qui viendra grossir vos rangs.
Mess
Restaurez vos unités grâce aux talents culinaires plus ou moins bons de vos recrues afin de les renforcer avant les combats. Au début, on trouve cela étrange mais le passage à la cantine devient vite incontournable à mesure que le combat s’intensifie.

IMG_2044
Sources chaudes
Rincez-vous l’oeil Rencontrez vos unités dans un lieu de repos et de détente.
Forge
Forgez des armes plus puissantes grâce aux ressources accumulées dans votre enceinte, en visitant d’autres châteaux ou en vous battant en arène.
Armurerie et boutique de bâtons et d’accessoires
Achetez armes, bâtons objets et artefacts pour renforcer et équiper vos unités. Achetez des accessoires qui modifient les caractéristiques, pour les offrir à vos unités et améliorer vos relations.
Archives
Consultez des contenus exclusifs, revisionnez les cinématiques et les conversations, consultez l’oracle.
Quartiers privés
Votre chez vous, où vous pourrez recevoir vos alliés pour renforcer vos liens. Votre épouse / époux s’y installera aussi. Si cela vous intéresse, vous pourrez y modifier la coiffure de votre avatar. Dans la version japonaise, on a droit à des séances de « petting » censurée dans la nôtre.
Ressources
Minerais et denrées alimentaires pourront être cultivées, chassées et trouvées.
Arène
Pariez des ressources sur vos unités, si vous gagnez vous multiplierez votre mise. Cette arène ne correspond pas aux anciennes arènes où vous pouviez gagner de l’argent et perdre vos unités. Dans Fates une unité battue dans l’arène ne meurt pas.
Prison
Grâce à Niles (Conquêtes) ou à Orochi (Héritage) capturez des ennemis au cours des combats et envoyez-les dans vos geôles. Vous pourrez alors les corrompre avec quelques ressources et les utiliser.
Einherjar
Achetez des clones sacrifiables de vos unités ou de nouvelles unités.

Quel jeu choisir ?

Choose your path

Les plus chanceux ayant pu mettre la main sur l’édition collector, ont eu le plaisir d’avoir les 3 jeux sur la même cartouche. Achat réservé aux fans souhaitant explorer toutes les trames scénaristiques de Fates. À ceux qui ne découvrent que maintenant l’existence de ce pack, il ne se revend à présent plus qu’à des prix exorbitants, passez votre chemin !

Pour ceux ne souhaitant investir que dans un seul jeu, il vous faudra choisir entre Héritage et Conquête, Révélation étant disponible à l’achat en DLC à prix réduit pour tout joueur disposant d’un des deux autres jeux.
Chaque histoire commence de la même façon, le scénario empruntera l’une de 3 voies au moment où le héros choisira (ou pas) son camp, sans espoir de retour en arrière. Pas de chance pour ceux qui détestent prendre parti : il faudra vous décider et chaque quête apportera son lot de sacrifices, de chagrins et de victimes.

Des DLC peuvent être achetés, ce sont des « Uchronies », des chapitres bonus de map se déroulant dans une autre dimension, l’occasion de rencontrer des personnages d’anciens opus de la saga, de retrouver hoshidiens et nohriens dans des scénarios loufoques et de gagner plus d’écus et de trésors. Ces DLC sont optionnels et n’apportent rien à l’intrigue principale. A réserver à ceux qui veulent prolonger le plaisir de jouer.

Héritage – le compromis du débutant

Dans ce jeu le héros a choisi de se battre aux côtés de sa famille de sang. C’est le choix le plus « facile ». Devenir Hoshidien comporte de nombreux avantages : l’impression de se battre pour le bien, le recrutement plus facile d’unités, de nombreux défis annexes rendus possibles par l’option reconnaissance qui vous permettra non seulement d’augmenter le niveau de toutes vos unités en dehors des quêtes principales, mais aussi de gagner beaucoup d’écus qui vous permettront, entre autres, d’acheter de l’équipement et de forger des armes. Ces atouts combinés rendent possible d’accéder aisément aux derniers niveaux avec un maximum d’unités puissantes. Héritage est donc une excellente introduction à la saga pour les néophytes, et le jeu qui conviendra à ceux qui se découragent vite face à la difficulté. Héritage propose des chapitres avec des conditions de victoire assez classiques. Atout plaisant : l’inspiration clairement japonaise de certaines unités d’Hoshido et de leurs armes.

Les puristes qui joueront aux 3 scénarios apprécieront les niveaux difficiles et experts du mode classique d’Héritage.

Contenu
  • 51 unités jouables, certaines non recrutables dans Conquêtes
  • 46 chapitres dont 4 accessibles grâce à la fonctionnalité Amiibo
  • 22 Uchronies en DLC
  • difficulté : **

Conquêtes – la passion de Kamui (ou le choix des joueurs confirmés)

Dans ce scénario, vous décidez de retourner auprès des Nohriens et de vous battre aux côtés de votre famille d’adoption. Un choix qui fera traverser au héros des épreuves encore plus pénibles. Avec un nombre de recrues augmentant au compte goutte, des points d’expérience plus difficiles à acquérir, des bâtons à portée réduite… de quoi en baver et mettre vos neurones en ébullition. Conquête est bien plus laborieux qu’Héritage et en cela, il est plus proche des anciens opus de la saga. Il nécessitera de mettre en place des stratégies plus pointues et vous poussera dans vos retranchements avec des situations extrêmes comme par exemple des chapitres à terminer avec seulement 3 unités jouables. Autre point sur lequel Conquête se distinguera : des conditions de victoires plus variées avec des éléments qui dynamiseront le gameplay : un allié qui désactivera des pièges sur votre map pendant votre progression, des pots contenant des soins et des poisons qui limitent vos déplacements et doivent être utilisés à bon escient…
Contrairement à Héritage, vous n’aurez pas de missions de reconnaissance, il sera impossible d’augmenter votre expérience en dehors des chapitres principaux du jeu. On aurait aimé du coup retrouver la redistribution d’expérience dans le château.

Contenu
  • 51 unités jouables, certaines non recrutables dans Héritage
  • 46 chapitres dont 4 accessibles grâce à la fonctionnalité Amiibo
  • 22 Uchronies en DLC
  • difficulté : ****

Révélations – le choix de la vérité, seuls contre tous

Dans ce scénario, vous décidez de ne rejoindre aucun clan et de vous battre pour la paix en tentant de sauver Hoshido et Nohr. Une quête ardue qui vous vaudra de vous retrouver dans des situations presque inextricables, souvent piégé, en sous-nombre. Un niveau de difficulté presque comparable à Conquêtes, mais avec beaucoup de petits bonus qui facilitent la tâche, ce qui lui vaut un classement en difficulté intermédiaire. En effet : Révélation compense ses missions complexes par quantité d’armes et d’objets, disséminés sur les map, ou à récupérer des unités ennemies battues. Dans ce scénario vous pourrez recruter bien plus d’unités, aussi bien hoshidiennes que nohriennes, et donc profiter de tous les types d’armes ! Les missions de reconnaissance d’Héritage sont disponibles dans cette quête, de quoi s’assurer des capacités d’évolutions d’unités maximales… (même pour Charlotte). Enfin, vous retrouverez dans votre château, des éléments de constructions des deux camps.

Il est fortement recommandé d’avoir joué à Conquête ou à Héritage avant de commencer Révélation pour ne pas vous gâcher le plaisir de découverte du scénario. Il est bien sûr possible de ne jouer qu’à Révélations.

Contenu

  • 49 chapitres dont 4 accessibles grâce à la fonctionnalité Amiibo
  • 22 Uchronies en DLC
  • 67 unités jouables issues des deux camps
  • difficulté ***

Bilan

Intelligent System signe encore une fois un beau scénario bien prenant : Fire Emblem Fates offre un contenu extrêmement dense qui vaut vraiment le coup d’être entièrement exploré. On y retrouve des personnages charismatiques qu’on a envie de suivre et l’on découvre de lourds secrets de famille qui ne font que s’obscurcir au fur et à mesure de l’histoire. Vous serez surpris et tenus en haleine tout du long. Attention : vous finirez forcément par avoir un clan préféré, que vous le vouliez ou non.

Côté gameplay, la profusion de modes et d’option permettra à chacun d’adapter le jeu à son niveau et à ses ambitions. Attendez-vous à de nombreuses heures de challenge sur des maps souvent redoutables qu’il vous faudra parfois recommencer plusieurs fois. De belles surprises concernant les nouveaux types d’unités ainsi que les nouvelles armes et bâtons, surtout côté Hoshido.

Pour ce qui est des graphismes, même si les cinématiques sont une nouvelle fois de toute beauté, on grince des dents en regardant les animations de combat qui n’ont pas progressé depuis Path of Radiance. Heureusement, il est possible de les couper.

IMG_2042
Animation de combat

La bande originale est quant à elle d’excellente qualité, ce qui rend l’immersion encore plus efficace, on apprécie particulièrement les variations entre Héritage Conquête et Révélation qui accentuent la scission entre les dimensions. Petit bémol côté doublage, la censure a emporté avec elle la version japonaise. Il faudra se contenter des voix américaines.

Le château offre des nouveautés inintéressantes même si elles apparaissent futiles au premier abord. L’usage que vous ferez de ses fonctionnalités pourra être décisif pour l’issue du prochain combat !

 

Les points positifs

– des maps pleines de challenge et des intelligences artificielles toujours aussi efficaces
– une bande originale de toute beauté
– des cinématiques magnifiquement réalisées
– un très bon scénario et des personnages intéressants
– les missions de reconnaissances (Héritage, Révélation) qui permettent de faire évoluer outes les unités même les plus revêches
– Les veines dragunaires qui bouleversent les règles de combat
– un contenu très dense
– des modes de jeu pour tous les goûts
– des conditions de victoires originales (Conquêtes)
– le retour des mariages et des enfants
– Le château

Les points négatifs

– les animations de combat restent « moches »
– les unités animales, les kitsune n’arrivent pas à la cheville des Laguz
– Les armes ne s’usent plus, une difficulté en moins
– La forge ne permet pas de beaucoup customiser ses armes
– la modélisation des maps n’a pas évolué

APERÇU DE REVUE
Impression générale
Jouabilité
Durée de vie
Graphismes
Difficulté
Scénario
Article précédentUne réserve d’eau autonome
Article suivantLa fin du sac plastique
Souvent accusée de mettre la vie sur pause pour jouer aux jeux vidéo, j'ai trouvé refuge chez Guadeloupe Actu où je peux partager avec vous l'une de mes passions les plus chronophages. A "panem et circenses" je réponds "mango et ludos", l'un des deux devant être, bien sûr, consommé avec modération.

2 COMMENTAIRES