Après avoir été élue Miss Guadeloupe le 3 août 2019, la victoire de Clémence BOTINO qui succède à Vaimalama CHAVES (Miss Tahiti) à l’élection de Miss France 2020 au Dôme de Marseille samedi dernier, était aussi exemplaire que son parcours scolaire.

Nous avions déjà évoqué son parcours scolaire dans notre article, mais depuis elle s’est encore démarquée en obtenant la première place au test de culture générale du concours Miss France, avec la note de 17½ sur 20. Clémence BOTINO fait figure d’exemple aux yeux des petites Guadeloupéennes. 17 ans après le sacre de Corinne Coman (élue en 2003) et 27 ans après la victoire de Véronique de la Cruz (élue en 1993), en devenant la 90ème miss France, la jeune femme vient gonfler pour la 3ème fois le palmarès des miss Guadeloupéennes ayant représentée la France dans le monde entier. Mais au-delà du strass et des paillettes notre reine de beauté doit désormais se préparer à répondre aux obligations inhérentes à toutes celles qui ont porté la couronne avant elle.

Programme & Avantages :

Comme elle le rappel à ceux qui ramèneraient sa victoire à un simple concours de beauté : “Le féminisme se définit dans le combat que mènent les femmes au quotidien, et certainement pas sur les étiquettes que les autres souhaitent leur coller”. Ainsi la Gosiérienne de 22 ans qui arbore déjà fièrement la couronne et l’écharpe tricolore, signe pour un programme qui cette année encore s’annonce bien rempli. Au planning : séances photos, séances de dédicaces, partenariats, contrats publicitaires, engagements humanitaires, missions caritatives, collecte de dons, interviews, émissions de divertissement, plateaux télévision, élections des futures miss régionales, voyages aux quatre coins du monde pour représenter la France, etc… Qu’on se le dise, les Miss sont de véritables bosseuses.

Comme le dit si bien l’adage, tout travail mérite salaire, n’échappant pas à cette règle Clémence BOTINO est devenu dès le soir de son sacre, salariée de la société Miss France avec une rémunération plutôt confortable qui (selon le journal Le Point) peut varier entre 3000 et 8000 euros. Mais outre le salaire, la reine de beauté disposera pendant toute la durée de son règne :

  • d’un salaire confortable
  • d’un appartement de fonction dans les beaux quartiers de Paris
  • de vêtements et accessoires haut de gamme
  • d’un coiffeur attitré
  • de tenues de grands créateurs
  • de bijouteries et parures de luxe
  • de petits bijoux de technologies derniers cris
  • d’un appartement dans les beaux quartiers de Paris
  • d’une voiture de fonction
  • de nombreux autres cadeaux

De l’amour à la haine

La victoire de notre miss a toute de même laissé un goût amer dans la bouche d’une poignée de réductibles parasites unis pour former la lie de la société française. Piqué à vif par le résultat de l’élection et n’ayant pour seule tribune que des comptes anonymes sur les réseaux sociaux, ces derniers se sont empressés de déverser sur la toile, une vague de propos aussi haineux que racistes envers celle qui désormais porte le titre de miss France 2020.

une poignée de réductibles parasites unis pour former la lie de la société française

Croyant trouver un semblant de réconfort à leurs frustrations sur les réseaux sociaux, ces trolls se sont là aussi heurtés à un mur dont ils semblaient ignorer l’existence. La communauté afro caribéenne, solidaire et fière de cette victoire, a immédiatement réagit à travers les voix de ses nombreux partisans et activistes, afin de mettre un terme à la propagation de ces publications haineuses, en rappelant même au passage pour ceux qui l’ignorent encore en 2019, que la Guadeloupe à la fois un département et une région française.

Mè la gwadloupéyèn sé on ti flè sé on ti pòpòt doré
I enmé byen abiyé
Tèt-là toujou byen maré

C’est en paraphrasant ces paroles du groupe Malavoi que nous conclurons cet article car la maturité, la détermination, la bienveillance et l’expérience de cette jeune Guadeloupéenne l’ont conduit vers ce couronnement qui bien que faisant l’objet de l’admiration et la fierté de toute une population, ne constituera qu’un tremplin vers une carrière que nous le lui souhaitons, s’annonce “prometteuse”.