Grève d’Air France, perturbations des vols vers les Antilles-Guyane

1
1226
Avion Air France - vol à destination des Antilles

À l’origine de cette grève du personnel d’Air France la question des augmentations salariales s’élevant à une hauteur de 6%. Ce mouvement social débute aujourd’hui et se poursuivra le 7, le 10 et le 11 avril 2018. Il impactera les vols régionaux, mais également le trafic entre Paris, la Guadeloupe et la Martinique.

Un appel à la grève a été déposé par plusieurs syndicats du personnel d’Air France pour les journées du mardi 3, samedi 7, mardi 10 et mercredi 11 avril 2018. À l’heure actuelle, la compagnie prévoit d’assurer 75% de leur programme de vols :

  • 70% des vols long-courriers
  • 67% des vols moyen-courriers au départ et vers Paris Charles de Gaulle
  • 85% des vols court-courriers, Paris-Orly et province

Retards et perturbations de dernière minute ne sont pas à exclure

Des avions de la compagnie Air FranceIl est encore trop tôt pour estimer l’impact de ce mouvement sur les journées du 7, 10 et 11 avril 2018. Le programme de vols sera adapté et publié, la veille pour les vols du lendemain quand une estimation précise des répercussions sur les opérations seront possibles. Veuillez noter que les vols Air France effectués par un avion autre qu’Air France ou Joon ne sont pas concernés par ce mouvement (HOP!, KLM, Delta…). Si vous avez réservé sur un vol du 3 ou du 7 avril, la compagnie procédera à des reports sans frais, quel que soit le tarif.

La situation des vols aux départs et vers les Antilles

Deux reports prévus

  • L’AF766, au départ d’Orly, décollera mercredi, à 10h45. L’arrivée, à « Guadeloupe –Pôle Caraïbes » est prévu, le jour même, à 13h20.
  • L’AF797, au départ de Pointe-à-Pitre quittera l’archipel également mercredi, à 16h20. Arrivée prévue, à Paris/Orly, à 6h20, le jeudi.

Réseau Régional Caraïbes, deux rotations annulées

  • L’AF600, entre Pointe-à-Pitre et Fort-de-France, puis Cayenne
  • l’AF601, Cayenne/ Fort-de-France, puis Pointe-à-Pitre

L’arrivée à Paris ne sera pas simple sous la grisaille et les températures basses de ce début de printemps. En effet, les passagers seront confrontés à d’autres inconvénients, ceux liés,  notamment au trafic ferroviaire, perturbé par la mobilisation des cheminots de la SNCF.

1 COMMENTAIRE