Baie-Mahault, l’eau de nouveau potable

1
793

Le mardi 15 mai 2018, nous apprenions que l’eau à Baie-Mahault était impropre à la consommation des habitants. Hier, par voie de communiqué, la municipalité informait ses concitoyens « d’un retour à la normale de la qualité de l’eau ».

La situation en Guadeloupe concernant la gestion de l’eau n’est plus à développer. Le mauvais fonctionnement du réseau provoque des phénomènes récurrents comme le cas de Baie-Mahault. Une eau impropre à la consommation est un incident ponctuel. Cela arrive de manière aléatoire, indique une source proche de l’affaire.

Restrictions d’usage à la quasi-totalité du territoire de Baie-Mahault

Un robinet inutilisé à Baie-Mahault

Eau d’Excellence, dans un communiqué, informe ses usagers de la commune de Baie-Mahault, habitant dans les sections de :  Calvaire, Chapelle, Convenance, Biglette, Wonche, Plaisance, Casterat, Official, Raiffer, Dalciat, Pasquereau dit Pako, Dorville, Bonfils, Castelbon, Dupuy, Bourg, Destrellan, Birmingham, Trioncelle, que l’eau distribuée est impropre à la consommation. Ces zones gérées par le syndicat intercommunal d’alimentation en eau et d’assainissement de Guadeloupe (SIAEAG) et desservies par l’usine de Vernou, à Petit-Bourg sont sous le coup d’une alerte de l’Agence régionale de santé (ARS), dans le cadre de son contrôle réglementaire.

L’ARS a procédé à des contre-analyses le mercredi 16 mai, et dans l’attente de ces résultats, il était recommandé par mesure de sécurité, de ne pas utiliser l’eau du robinet pour la boisson, pour cuisiner ou se brosser les dents. Ces restrictions devaient être levées dès réception de l’avis de conformité de l’ARS.

Relire notre article Les rivières de Guadeloupe polluées

Jeudi 17 mai, fin des restrictions d’usage de l’eau

Eau d’Excellence informe ses usagers de la commune de Baie-Mahault, plus précisément les zones de Calvaire, Chapelle, Convenance, Biglette, Wonche, Plaisance, Casterat, Official, Raiffer, Dalciat, Pasquereau dit Pako, Dorville, Bonfils, Castelbon, Dupuy, Bourg, Destrellan, Birmingham, Trioncelle que les analyses de contrôle effectuées par l’A.R.S sur le réseau des zones desservies par l’usine de Vernou gérée par le SIAEAG, démontrent un retour à la normale de la qualité de l’eau. Les restrictions de consommation peuvent donc être levées. L’eau est de nouveau potable et peut donc être consommée pour tous les usages habituels.

Matières fécales détectées

Le 7 mai des tests réglementaires effectués par l’ARS ont concerné la station de traitement de Vernou et deux points de surveillance, l’école de Bragelone et la boulangerie Vénus. L’eau distribuée par l’usine a été déclarée impropre à la consommation. En effet, un signalement pour turbidité (état d’un liquide trouble pour teneur en matériaux en suspension, ndlr) a été donné au niveau de la station de traitement, mais les résultats bactériologiques étaient normaux. Les deux points de surveillance affichaient en revanche la présence des bactéries Escherichia coli et Entérocoques, indicateurs de contamination fécale. L’alerte a été donnée lundi à Eau d’Excellence et un courrier a été envoyé au maire de la commune. Dans ce cas, le distributeur est soumis par la législation de remettre en ordre le réseau.

Désormais, une question se pose. Comment les bactéries Escherichia coli et Entérocoques se sont retrouvées dans l’eau des Baimahaussiens ? Selon nos confrères de France-Antilles « en général, ce genre de situation se produit lors d’un défaut de traitement de l’eau de la rivière. Des bactéries parviennent à s’infiltrer faute de suffisamment de chlore notamment. Dans le cas présent, les résultats bactériologiques de la station étant conformes, la contamination s’est faite entre l’unité de traitement et le robinet. Celle-ci pourrait être la conséquence des coupures d’eau récurrentes sur le secteur qui pourraient favoriser la remise en circulation des bactéries installées dans les tuyaux ».

Pour tout renseignement, veuillez contacter le service dédié aux abonnés au : 05 90 41 33 33, par mail : serviceabonne@eaudexcellence.