Vers une légalisation du cannabis en France?

0
1358

Aux Etats-Unis, l’usage du cannabis à des fins récréatives est autorisé dans l’état du Colorado depuis le premier janvier 2014 et depuis le mois de juin pour l’état de Washington.

La réflexion sur les vertus thérapeutiques a déjà été amorcée en amont dans une dizaine d’autres états, il est en effet reconnu, en dépit des dangers et malgré les bonnes mœurs, l’efficacité du cannabis dans ses applications médicales contre le cancer, les douleurs chroniques ou encore les affections inflammatoires du système nerveux.

Cette démarche de dépénalisation a été entamée dans plusieurs nations européennes préférant jouer la carte de la tolérance : les Pays-bas ayant un rôle précurseur dès 1976 avec l’ouverture des premiers coffee-shops.

La France est à ce jour, selon les statistiques, l’un des pays les plus réfractaires à la légalisation du cannabis avec une fermeté intransigeante de la loi, notamment sur le plan pénal pour sa détention et sa consommation.

Toutefois, si le gouvernement reste très attaché aux bonnes mœurs et voit dans le cannabis « une drogue comme les autres », certains partisans de la légalisation estiment que cela pourrait notamment freiner, voire stopper l’économie souterraine en place, que le cannabis pourrait être exploité dans le domaine de la santé, qu’il pourrait même soigner le cancer.

Enfin, d’après les statistiques, la France aurait la législation la plus sévère en Europe mais resterait le pays européen au taux de consommation le plus élevé.

Les opposants à une telle légalisation voient quant à eux un risque de banalisation d’accès à cette drogue, une absence de reconnaissance des dangers pour la santé, ainsi qu’une porte d’accès à des drogues plus dures qui elles, favoriseraient par incidence une économie souterraine plus désastreuse.

Toujours est-il que sur le plan des applications médicales, l’année 2015 va connaître en France l’arrivée du Sativex, médicament composé de cannabis à très faible teneur en THC, pour un millier de personnes atteintes de sclérose en plaque (THC signifiant TétraHydroCanabinol, composé actif caractéristique du cannabis).

Il s’agit ici d’un petit pas non-négligeable vers plus de tolérance du cannabis thérapeutique aux yeux de la loi et du gouvernement de notre pays.