Budget primitif 2016

0
728
Six Dun / Shutterstock.com
Six Dun / Shutterstock.com

Les élus régionaux ont voté le mardi 12 avril 2016 le premier budget primitif. Sans surprise, l’ambiance était électrique dans l’hémicycle du palais du conseil régional, où le président entrant se plaint d’une marge de manœuvre réduite suite à une gestion non transparente du président sortant, Victorin Lurel.

Le budget primitif s’élève à 480.878.906,76 euros, soit 56 millions de moins que l’an passé. 178.689.665,67 euros seront alloués aux investissements et 30.218.924,09 euros au fonctionnement de la région. En mouvements réels et mixtes, ce projet de budget est arrêté à 390.814.427,02 euros.
Concernant le montant global des dettes de la Région, il est estimé à 311.194.407 euros. 86.305.539 euros, soit 27,73 % du montant sont dus à l’Agence française développement (AFD). Le reste est partagé entre sept autres organismes financiers et banques qui ont accordé des prêts à la Région.
Le budget 2016 ne prévoit aucun recours à l’emprunt, car l’ancienne majorité avait déjà contracté un emprunt de 100 millions d’euros, ce qui a pour conséquence d’évoluer la capacité de désendettement à 5 ans et 2 mois, contre 3 ans auparavant.
Les litiges entre la nouvelle et l’ancienne majorité

Le président Chalus s’est attaqué à son prédécesseur concernant la situation financière laissée par l’équipe précédente. Le principal désaccord réside dans le volume d’engagement de la région qui s’élevait à plus de 704 millions d’euros au 31 décembre 2015. Sur la section d’investissement seulement, le volume des engagements à financer est de 323 millions d’euros alors même que les profits attendus seraient estimés à 107 millions d’euros. Il a donc annoncé que la majorité régionale va réduire le volume des nouveaux engagements afin d’éviter d’alourdir la dette. Il va instaurer un contrat social pour favoriser les relations entre employeurs et salariés, et créer un fonds d’investissement pour le développement économique, à l’instar du fonds régional d’intervention qui pourra être sollicité jusqu’à 1,5 million d’euros pour mettre en place les garanties et les avances remboursables.

Le président sortant a tenu à se défendre dans une conférence de presse, Victorin Lurel a annoncé : « Je le dis, la Région telle que je l’ai laissée est opulente ». Vantant une trésorerie qui dépasse les 60 millions d’euros, l’ex-président estime qu’il n’est pas tolérable que les entreprises ne soient toujours pas payées depuis quatre mois. Toujours selon ses propos, l’actuel président de la Région prétend qu’il n’y a plus d’argent, alors qu’il dissimule depuis plus de deux mois le résultat du compte administratif 2015 dont le solde excédentaire dépasse 50 millions d’euros, confirmé par le compte de gestion payeur qui, lui, est excédentaire d’environ 36 millions d’euros.