Les Colos apprenantes, un dispositif dédié aux jeunes Guadeloupéens

0
567

Suite à la crise sanitaire du Covid-19, l’État français a décidé de proposer un dispositif qui associe éducation et moments ludiques, les «Colos apprenantes». Des milliers de jeunes Guadeloupéens pourront bénéficier du projet. Une initiative qui s’achèvera le 31 août.

Les « Colos apprenantes » s’inscrivent dans l’opération « Vacances apprenantes » qui a pour objectif de répondre au besoin d’expériences collectives et de re-mobilisation des savoirs après la période de confinement. Elles se dérouleront pendant les congés d’été.

Préparer la rentrée en s’amusant

Dans notre archipel, ce sont près de 2000 jeunes, qui pourront bénéficier des « Colos apprenantes » durant les vacances. Chez nous, l’opération a débuté le 6 juillet dernier. Ainsi 45 offres de séjours répartis sur 12 sites sont accessibles gratuitement à toutes les familles.

Les « Colos apprenantes » sont proposées par les organisateurs de colonies de vacances (association d’éducation populaire, collectivité territoriale, structures privées, comité d’entreprise). Elles offrent la possibilité aux enfants et aux jeunes de renforcer savoirs et compétences dans un cadre ludique et de préparer ainsi dans de bonnes conditions la rentrée prochaine.

Relire notre article : Myditek, une startup guadeloupéenne au service de l’agriculture

Ouverts à toutes les familles

Labellisés par l’État, ces séjours ouverts à toutes les familles associent renforcement des apprentissages et activités de loisirs autour de la culture, du sport, du développement durable. Une aide de l’État pouvant atteindre 80 % du coût du séjour (plafonnée à 400 € par mineur et par semaine) sera versée aux collectivités partenaires pour permettre à 250000 enfants et jeunes de partir dans ces séjours labellisés.

Publics prioritaires

Les publics prioritaires, seront les enfants et les jeunes scolarisés (3 à 17 ans), en priorité, mais non exclusivement domiciliés en quartiers politiques de la ville ou en zones rurales, issus de familles isolées ou monoparentales ou en situation socio-économique précaire ou enfants en situation de handicap ou enfants de personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire ou de familles ne disposant pas de connexion Internet suffisante pour l’enseignement à distance. Une attention particulière sera donnée aux mineurs accompagnés par la protection de l’enfance.