Sargasse et santé où en sommes-nous ?

0
4484

L’Agence Régionale de Santé (ARS) de Guadeloupe a effectué une actualisation des recommandations sanitaires et des mesures de gestion destinées aux populations. Elle concerne les échouages de sargasses à proximité des zones habitées.

La ville de Petit-Bourg a mis en place un abri anti-sargasses pour les résidents des zones côtières afin de les soulager. En cause, la présence massive d’algues brunes et des émanations de gaz, dépassant le seuil d’alerte relevé. C’est à l’école mixte de la Lézarde que les habitants les plus touchés par les échouages peuvent trouver refuge.

L’établissement abrite également un abri anticyclonique. Les habitants en bord de mer ne souhaitent pas quitter leur logement. C’est un phénomène qui se retrouve dans d’autres villes côtières de l’archipel.

La santé des guadeloupéens menacée par les échouages de l'algue Sargasse

Analyse sanitaire

  • suivi de l’exposition: un dispositif de surveillance a été mis en place. Deux agents
    sont mobilisés et réalisent 50 mesures par semaine sur une trentaine de sites en
    utilisant des capteurs mobiles. Depuis le lundi 9 juillet 2018, 3 capteurs sont
    positionnés dans des habitations de Petit-Bourg, Goyave et Saint-Anne. Ils sont
    relevés tous les jours. À la fin du mois d’août 2018, 24 capteurs supplémentaires
    seront déployés.
  • suivi de l’impact grâce aux médecins sentinelles :les médecins des 3 territoires
    au nombre de 48 sont interrogés toutes les semaines dans le cadre de la surveillance.
  • suivi des cas : le centre 15 du SAMU exerce une vigilance dans le cadre des appels
    reçus. Le service de réanimation est invité à signaler à l’ARS la prise en charge
    des patients admis, dont le lien avec les expositions, aux gaz a pu être établi.

Populations exposées, personnes  vulnérables* 

    • éviter la baignade, la manipulation et le contact avec les masses d’algues flottantes ;
    • quitter les zones de bord de mer où les algues se sont accumulées et de s’éloigner des zones où l’odeur d’hydrogène sulfuré est perceptible
      (odeur d’œuf pourri)momentanément, le temps du ramassage ou du retour
      d’un air plus respirable ;
    • et enfin, consulter un médecin en cas de symptômes irritatifs (yeux ou gorge qui piquent, larmoiements, maux de tête, gêne à respirer, démangeaisons, vomissements).

L’ARS, plateforme de vigilance ouverte 24h/24h : 05 90 410 200
Pour avoir accès à l’abri : 06 90 62 49 46 
*Personnes vulnérables = nourrissons, jeunes enfants, femmes enceintes, personnes
âgées, asthmatiques, personnes atteintes de maladies cardiovasculaires, d’insuffisance
cardiaque, ou de fortes allergies.

Photos : ville de Petit-Bourg