Bilan des opérations 120 armes, des portables et de la drogue saisis dans la matinée du mercredi 15 mars.

Le préfet et le procureur de la République de Pointe-à-Pitre ont ordonné une fouille du centre de détention au centre pénitentiaire de Baie-Mahault. 240 personnes étaient mobilisées pour la fouille de 72 cellules et 110 détenus.

Une opération multiservice

Le Préfet de la Région Guadeloupe et le Procureur de la République de Pointe-à-Pitre ont ordonné une fouille générale des cellules au centre de détention du centre pénitentiaire de Baie-Mahault, en concertation avec la Mission des services pénitentiaires de l’Outre-mer et la direction de l’établissement.

Dès 7h ce matin, 240 militaires et agents ont été engagés : 120 agents de l’administration pénitentiaire avec des renforts de la Martinique, de la Guyane et de la Basse-Terre ; 120 gendarmes parmi lesquels des gendarmes mobiles, le groupement d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), une équipe cynophile ainsi que des gendarmes de la brigade de Baie-Mahault et une équipe cynophile des douanes.

Lutte à l’intérieur et à l’extérieur contre la délinquance 

Après un briefing au poste de commandement dirigé par le Directeur du centre pénitentiaire et le commandant en second de la Gendarmerie de Guadeloupe, le personnel s’est déployé sur le centre de détention, en présence du Procureur de la République de Pointe-à-Pitre et du Directeur de cabinet du Préfet.

Cette opération fait suite à une première fouille de la maison d’arrêt, en octobre dernier. D’autres sont d’ores et déjà programmées. Elles rentrent dans le cadre des actions de lutte contre la délinquance menée sous l’autorité du préfet, en coordination avec la justice, sur l’ensemble de l’archipel.

Sécurisation du centre de détention

L’objectif de ces fouilles consiste à saisir toutes les possessions illégales : téléphones portables, armes, produits stupéfiants. Ces rappels à la loi permettent aussi de sécuriser l’établissement et le travail des agents de l’administration pénitentiaire qui exercent une mission de service public difficile.

L’opération de ce mercredi 15 mars s’est déroulée sans incident. Elle a permis de saisir 120 armes artisanales (pics), une soixantaine de téléphones portables, des stupéfiants et du matériel divers interdit en détention.