Anticiper les désastreuses conséquences du dérèglement climatique grâce à la résilience territoriale

0
580

Les nombreuses transformations liées à l’urbanisation ont intensifié la vulnérabilité du territoire. Les cyclones, tempêtes et ouragans qui ont dévastés l’archipel Guadeloupéen par le passé en ont fait la démonstration. Dans ce contexte, se pose la question de l’efficacité des politiques de prévention des risques basées sur la maîtrise de l’urbanisation en zone cyclonique.

On pourrait définir la résilience par l’aptitude d’une société à être réactive et à se maintenir afin d’assurer un retour à la normale lorsque surviennent des situations de crise. En cas de scénario incluant une catastrophe naturelle dévastatrice, il s’agira d’adapter les comportements et d’aménager les constructions existantes afin de permettre un retour à la normale le plus rapidement possible.

Pour faire face aux nouveaux enjeux du dérèglement climatique, il est nécessaire de s’attaquer aux vulnérabilités. L’étude de la vulnérabilité s’attache à comprendre les conditions d’endommagement, alors que la résilience permet de penser l’idée de récupération et de rétablissement. Pourtant la résilience est intrinsèquement liée à la notion de vulnérabilité puisqu’elle permet d’anticiper et de reconstruire dans les meilleurs délais.

Plus que des recommandations

La résilience territoriale constitue un enjeu majeur pour mieux anticiper les conséquences du dérèglement climatique, elle offre aussi l’opportunité de repenser le développement des villes exposées tout en garantissant la sécurité de la population. Il s’agit de développer sa capacité d’adaptation afin de retrouver l’équilibre et la stabilité nécessaire au rétablissement d’une situation à son état « normal ».

Après le passage de l’ouragan IRMA, des rapports ont mis en lumière le non respect des prescriptions concernant la résistance des constructions aux ouragans. Cela traduit l’absolue nécessité de garantir aux citoyens, la construction d’abris capables de résister aux rafales de vents extrêmement violentes que nous avons déjà connus par le passé.

un moteur de changement territorial et social

La résilience entraîne une mise en lumière des inégalités territoriales et sociales, en fonction de la nature des enjeux à préserver pour les uns et les autres. Tous les territoires ne sont pas soumis aux même normes de prévention des risques. Le débat doit donc être le résultat d’un processus ouvert et public.
L’application de la résilience doit aussi s’appuyer sur un diagnostic territorial détaillé, à la fois économique, social, culturel et politique, car la force du concept tient dans la capacité d’ouverture des possibilités, de l’inventivité et des différences de chaque territoire. On peut dire que la résilience doit par définition se développer autour d’un modèle de société scalable.

La Reflex Week, une semaine pour sensibiliser

Partant du principe que les citoyens sont les principaux acteurs de la résilience, la Reflex Week à été pensée avec un approche ludique et holistique. La Reflex Week a pour vocation de sensibiliser aux thématiques clefs de la résilience territoriale et de mettre en lumière les meilleures initiatives.

Durant cette semaine, experts, passionnés et intervenants locaux, nationaux et internationaux se rencontrent, échangent et créent autour des thématiques phares de la résilience territoriale en milieu insulaire. Vous pourrez participer aux conférences, ateliers découverte des plantes comestibles sauvages, entraînements en condition réelle le jour de l’exercice Carib Waves ou encore atelier de programmation de robots sismographes dédié aux enfants.

Pour cette 1ere édition, Gael Musquet, le cofondateur de HAND et sera notre invité. Il se rend en Guadeloupe chaque année avec une équipe de talents afin de participer à Carib Wave, l’entrainement au risque de Tsunami dans la Caraïbe.

HAND représenté par Gael Musquet a pour objectif de préparer aux catastrophes naturelles, par le biais de solutions technologiques ainsi que d’exercices civils.

Les organisateurs

Fort d’une communauté talentueuse, bienveillante et ambitieuse, le SPOT COWORKING est devenu un acteur incontournable de la scène entrepreneurial Antillaise.

Depuis plus de deux ans ils facilitent l’internationalisation des entrepreneurs Antillais et favorisent l’initiative entrepreneuriale et technologique dans la Caraïbe. Le spot c’est aussi l’organisation tout au long de l’année d’événements autour de l’entrepreneuriat, des nouvelles technologies, du développement local ou encore de l’art et de l’audio visuel.

Infos pratiques

Du Lundi au Vendredi
De 9h à 19h

Le spot coworking
833 rue Ferdinand Forest
97122 Baie Mahault, Guadeloupe

Contact :
Jordan SUCCAR

guadeloupe-coworking.com

Géolocalisation