La filière de l’énergie s’étoffe à Marie-Galante, une centrale biomasse verra le jour sur une zone située au nord de l’usine sucrière de Folle-Anse.

Le dialogue va pouvoir reprendre entre les différentes structures impliquées dans l’affaire. Le président de la Commission de régulation de l’énergie Jean-François Carenco, a délibéré dans le dossier de l’usine sucrière et de la construction de la centrale. Il propose un protocole d’accord qui préserve les intérêts de toutes les parties concernées jusqu’ à lors en opposition.

Une centrale biomasse à Folle-Anse

Les activités de l’usine sucrière de Folle-Anse vont être préservées. La centrale biomasse sera mise en chantier sur un terrain situé au nord de l’usine. La centrale sera pourvue d’une puissance de 6,5 mégawatt. Selon nos confrères de Guadeloupe 1ère « l’actionnariat sera partagé entre Albioma, la Coffep, la SRMG et la SICAMA. Mais la Communauté des Communes et la Compagnie de Navigation du Rhône peuvent, si elles le souhaitent, entrer également au capital. La Communauté des Communes a obtenu qu’il n’y ait aucun recours aux fameuses billes de bois en provenance des Etats-Unis ».

La centrale brûlera uniquement de la bagasse locale, ainsi les planteurs percevront un supplément de revenus à travers une prime spécifique de 14,5 euros la tonne. La production électrique de la centrale bénéficiera selon les responsables du projet en priorité à l’unité sucrière. Toujours selon les décisionnaires « hors campagne, l’énergie sera revendue à EDF qui la réinjectera dans le réseau ».

EDF en charge du réseau 

Nous apprenons également que « la Commission de régulation de l’énergie (CRE), réaffirme son soutien au projet de Marie-Galante île Durable défendue par la Communauté des Communes. La CRE est prête à apporter son concours en matière d’analyse, notamment. Mais attention, EDF restera le gestionnaire du réseau ». À ce jour le protocole d’accord est entre les mains du préfet en attente de signature.

L’arrivée d’Albioma en Martinique pose problème

L’ASsociation pour la SAUvegarde du PAtrimoine MARtiniquais (ASSAUPAMAR) intervenait par l’intermédiaire de l’un de ses portes paroles au sujet de  l’implantation d’une centrale biomasse au Galion le 17 août 2017.

La vakabonagerie ALBIOMA continue. …Il y a un véritable saccage de ce patrimoine classé, sans aucune autorisation. ..

Publié par ASSAUPAMAR sur jeudi 17 août 2017

2 COMMENTAIRES