Création d’une banque de données autour de mai 1967

0
459

Dans le cadre de ses actions de conservation du patrimoine, le Conseil départemental lance une campagne de collecte des mémoires de 1967.

La collectivité départementale invite les Guadeloupéens qui ont été témoins directs ou indirects des événements de Mars et Mai 1967, les personnes auxquelles ces faits auraient été rapportés ou, tout détenteur de documents (écrits ou sonores) relatifs à ces périodes.

Un devoir de mémoire

Après une année au cours de laquelle, au travers de manifestations multiples sur tout le territoire, les Guadeloupéens de générations différentes se sont souvenus des mois de Mars et de Mai 1967, le recueil des mémoires des événements tragiques survenus à Basse-Terre et à Pointe-à-Pitre, et au-delà, de la période des années soixante, devient impératif.

En effet, si certains documents écrits et de nouveaux témoignages ont permis de révéler des faits inconnus et de prendre la mesure de ces événements, il est également clair que la vérité de la tragédie telle qu’elle a été vécue et ressentie par des centaines et des milliers de Guadeloupéens ne se trouvera pas uniquement ni même principalement dans les sources écrites d’archives publiques ou privées, déclassifiées ou non.

Beaucoup des acteurs et spectateurs de cette période sont aujourd’hui décédés ou ne sont plus en état de témoigner. Mais encore très nombreux sont ceux qui ont vu, ont entendu, ont été acteurs ou témoins directs et indirects. C’est à eux qu’est adressé ce grand mouvement de recueil des mémoires de 67, sous l’égide du Conseil départemental de la Guadeloupe. Cet appel a débuté en février 2018 et se prolongera sur la durée nécessaire à la collecte et l’archivage du maximum de données.

Mai 67, une période de l’histoire guadeloupéenne inoubliable

Il s’agira d’enregistrer tous les témoignages volontaires afin de constituer une banque de données qui sera conservée aux Archives Départementales de la Guadeloupe (Bisdary, Gourbeyre) et qui sera ouverte aux chercheurs comme au grand public. Comme toutes archives orales, les mémoires des Années 67 seront recueillies dans les règles professionnelles de la collecte et de l’archivage de ce type de document, ainsi que dans le respect de la culture guadeloupéenne en pleine considération du caractère tragique et douloureux de l’événement vécu collectivement et individuellement.

Ce recueil des mémoires sera piloté par les services du Département (Archives départementales et Médiathèque Caraïbe): selon les orientations scientifiques proposées par M. Jean-Pierre Sainton, universitaire et historien. Les collecteurs qui recevront une formation adéquate des universitaires et des professionnels de la collecte et de l’archivage ainsi qu’une accréditation attestant de la formation reçue seront des jeunes et d’autres personnes volontaires.

L’ensemble des Guadeloupéens, indépendamment de leurs opinions, et plus largement tous les témoins, sont invités à contribuer massivement à cette opération, essentielle à la préservation, la constitution et l’enrichissement de notre mémoire collective.

Contacts
Archives départementales : 0590 81 13 02
Médiathèque Caraïbe : 0590 99 37 47