Le transport en Guadeloupe constitue un axe de développement important. Le réseau est en cours d’amélioration et de nouvelles perspectives apparaissent, comme les « routes » maritimes.

Nous vivons dans un archipel qui possède plusieurs façades maritimes ouvertes sur différentes parties du monde : l’Atlantique, la Caraïbe, l’Amérique du Sud et l’Amérique du Nord. Ce patrimoine maritime a contribué à construire nos valeurs, notre économie et une qualité de vie enviée de tous. Ce patrimoine commun est heureusement sauvegardé, même si nous avons toujours des efforts de vigilance à assurer.

Evolution des modes de transport

L’efficacité de l’organisation des transports est cruciale, car à la fois indispensable pour l’épanouissement des Guadeloupéens et pour l’attractivité de la Guadeloupe. Le transport de passagers, notamment maritime, est un véritable enjeu pour le développement de notre archipel : aujourd’hui avec KARULIS, les nouveaux bus à haut niveau de service et les déplacements sur le territoire évoluent.

Le réseau en mutation va accroître sa toile et poursuivre sa modernisation. C’est aussi l’ensemble du territoire qui doit se réapproprier les « routes » maritimes. Le projet de « Bus de mer » repose sur une évidence que suggère la carte de l’archipel.

Une première ligne bientôt en service

Les principales destinations des déplacements vers la zone urbaine sont : l’aéroport, la zone de Jarry, le CHU, l’université et le centre de Pointe-à-Pitre, situés de part et d’autre du Petit Cul-de-Sac Marin.

La distance par la voie maritime et la durée de parcours correspondante d’un bus de mer pourraient être bien inférieures à celles d’un transport terrestre, et la régularité qui peut en être attendue, bien supérieure.

L’expérimentation du bus de mer, dans le cadre du plan « Transport Durable », entre dans sa première phase. Une ligne « Petit cul-de-sac marin » est envisagée et reliera, dès le dernier trimestre 2017, différents « hotspots » que sont le MACTe, l’Université, Bergevin, Jarry.

Actuellement, l’exécutif régional finalise l’acquisition de deux navires ainsi que les procédures réglementaires, et parallèlement travaille avec le Port à la planification des éventuels travaux d’infrastructures pour les arrêts. Il est nécessaire d’exploiter toutes les opportunités de développement de notre archipel.